Valorisation des syndicats

Message clé

Le Canada doit appuyer et promouvoir le mouvement syndical, et faire que les droits des travailleuses et travailleurs soient reconnus et respectés pour renforcer les communautés et rendre la société canadienne plus inclusive et plus démocratique.

Pourquoi est-il important d’avoir des syndicats forts et de reconnaître et respecter les droits des travailleuses et travailleurs?

Les syndicats sont les pierres angulaires d’une démocratie vigoureuse. Ils jouent un rôle essentiel dans la lutte pour le maintien d’une gouvernance démocratique, de conditions de travail équitables et d’une plus grande égalité économique. La préservation des effectifs syndicaux et des taux de syndicalisation est en corrélation directe avec[i] :

  • un État providence hautement développé;
  • une moindre inégalité des revenus;
  • une moindre précarité au travail.

Quel est l’état du mouvement syndical et des droits des travailleuses et travailleurs dans le secteur de l’éducation publique financée par l’État?

  • Les syndicats de l’enseignement font partie d’un mouvement plus vaste pour renforcer les principes démocratiques devant l’érosion du pouvoir de négocier, les exigences grandissantes imposées aux travailleuses et travailleurs, les problèmes de santé mentale de plus en plus présents chez le personnel enseignant et les tentatives constantes d’affaiblir la solidarité dans les rangs des syndicats.[ii]
  • Les questions liées aux droits des travailleuses et travailleurs en éducation sont complexes et multidimensionnelles. Les expériences des enseignantes et enseignants en classe, la quantité et l’intensité du travail qui leur incombe, et le soutien qu’ils reçoivent sont autant de questions rattachées aux droits des travailleuses et travailleurs parce qu’elles ont trait aux conditions de travail.
  • Depuis 20 ans, les exigences imposées au personnel enseignant ont augmenté à bien des égards, mais ont surtout entraîné une « intensification du travail ». On demande au personnel enseignant de travailler plus sans lui accorder davantage de temps ou de soutien pour le faire[iii]. Or, ces changements ne sont pas sans conséquence : certains membres de la profession enseignante continuent de travailler toujours plus fort jusqu’à tomber d’épuisement, tandis que d’autres décident de quitter la profession[iv].
  • Tandis que se poursuivent dans le monde les mouvements de réforme de l’éducation visant à accroître la privatisation de l’éducation publique, à sabrer les budgets et à gérer à outrance le personnel de l’éducation, les syndicats des enseignantes et enseignants devront se focaliser sur leur « durabilité à long terme », élaborer des stratégies axées sur leur renouveau et trouver des moyens de mobiliser leurs membres et le public afin de « repenser le discours syndical[v] ».
Références

[i] Fondation canadienne pour les droits du travail, « Unions have always been a positive force in society », [En ligne], 2013. [https://labourrights.ca/research-publications/unions-have-always-been-positive-force-society] (Consulté le 10 avril 2019).

[ii] Pradeep Kumar, Union renewal: Meaning, rationale, strategies and experience, [En ligne], le 25 février 2012. [https://www.unifor.org/sites/default/files/documents/document/pradeep_kumar_feb_25_english_final.pdf] (Consulté le 3 avril 2019).

[iii] Howard Stevenson et Alison Gilliland, « The teachers’ voice: Teacher unions at the heart of a new democratic professionalism », dans Flip the System: Changing Education from the Ground Up, 2015, p. 108.

[iv] Einar M. Skaalvik et Sidsel Skaalvik, « Job demands and job resources as predictors of teacher motivation and well-being », Social Psychology of Education, vol. 21, no 5, 2018, p. 1251-1275.

[v] Nina Bascia et Howard Stevenson, La syndicalisation des enseignant(e)s : développer le pouvoir de la profession, Une recherche de l’Internationale de l’Éducation, [En ligne], 2017, p. 1. [https://issuu.com/educationinternational/docs/research_institute_mobilising_final_0a8567f65aa7fa] (Consulté le 5 avril 2019).

Que faut-il faire pour avoir des syndicats forts et s’assurer que les droits des travailleuses et travailleurs sont reconnus et respectés?

  • S’opposer à toutes les tentatives des gouvernements et des employeurs visant à déterminer unilatéralement les conditions de travail des enseignantes et enseignants ou à miner d’une autre façon les principes de la négociation collective.
  • Défendre un processus de négociation collective libre et sans entrave, et s’opposer à toute initiative gouvernementale visant à réduire ou à limiter les droits de négociation collective du personnel enseignant.
  • Appuyer dans leurs négociations collectives les organisations membres qui cherchent à améliorer les conditions de travail et d’apprentissage par la voie de dispositions portant spécifiquement sur l’effectif et la composition des classes, les heures d’enseignement, le temps assignable, le temps de préparation et le temps de surveillance.

Quoi demander aux dirigeants politiques?

  • Votre parti pense-t-il que les syndicats ont un rôle central à jouer dans la résolution de bon nombre des problèmes sociaux et, si oui, comment voit-il ce rôle?
  • Que fera votre parti pour veiller à ce que les Canadiennes et Canadiens puissent adhérer à un syndicat et faire entendre leurs voix?
  • Que fera votre parti pour protéger les régimes de retraite?
Menu